nom de l'association image d'entête



Le projet associatif

L'association "13 Actifs" est une association à but non lucratif ayant pour but l'aide au développement des populations dans le besoin. Cet objectif statutaire (cf. statuts association) est enrichi par un certain nombre de précepts. Les écrits ci-joints ont pour but de les préciser.

1. Le projet

Comme précisé ci-dessus, l'association "13 Actifs" se donne pour objectif l'aide au développement des populations dans le besoin.
A partir de ses analyses de terrain, celui-ci s'est affiné et l'association travaille plus précisément autour de l'aide au développement de villages en difficultés. Ces villages se situent dans les pays du Tiers-Monde.
La finalité de ces opérations est d'accroître la qualité de vie des villageois pour lutter contre l'exode rural vers les grandes villes, les conditions de vie y étant précaires pour les nouveaux arrivants.
Ces travaux sont effectués dans une perspective de développement des relations Nord/Sud. Les échanges avec les populations bénéficiaires sont donc privilégiés.

2. Quel Développement ?

Qui dit développement des villages implique tacitement une vision de l'avenir. L'association "13 Actifs" ne souhaite pas imposer de modèle social.
Pour éviter toute dérive, deux jalons sont posés :

- la méthode communautaire
- le choix d'actions entrant dans un cadre historique

La méthode communautaire arbore pour principe le partage des pouvoirs entre les membres de l'association et les populations du Sud. Aux différents stades du projet (diagnostic, choix des actions, mise en place des actions, évaluation), la cogestion est effective.

Durant le diagnostic communautaire, l'étude historique des différents items permet de faciliter la prise de décision. L'intervention de l'association doit permettre un développement en phase avec l'évolution historique des groupes sociaux ciblés.

Par ailleurs, partant du principe que la mondialisation conduit à une expansion du modèle social occidental, l'association s'efforce d'informer ses partenaires que ce modèle ne doit pas être idéalisé. Cette information doit permettre une prise de décision en toute connaissance de cause. L'histoire des Inuits, des Indiens ou encore des Tsiganes montre que l'importation d'une culture différente accroît les difficultés, les maux et les désordres (violences, alcoolisme,suicide...).

Dans la mesure du possible, les actions entrent dans le cadre d'un développement durable, respectueux de l'homme, de la nature et de leur cohabitation harmonieuse.

3. Politique interculturelle

La poursuite des finalités de l'association conduit à la rencontre interculturelle. Celle-ci doit être précisée pour éviter tout malentendu.
Partant du principe qu'une culture ne peut être totalement et fondamentalement comprise par un agent extérieur, le relativisme culturel et sa vision compréhensive est privilégié.
L'ethnocentrisme (jugement d'une culture par un être extérieur) n'est donc pas envisageable.

4. Ses membres

L'association regroupe des hommes et des femmes d'horizons et de cultures différentes partageant les idéaux, les valeurs et les convictions définies ci-dessus. Guidés par un esprit humaniste, les membres partagent l'idée que leurs différences sont des atouts dans la vie de l'association. L'esprit humanitaire (qui vise au bien de l'humanité) conduit aussi bien les rapports avec les populations du Sud que les rapports entres les membres.

La règle démocratique régit la prise de décision conformément aux statuts de l'association. Une attention particulière est portée au respect des différentes formes d'engagement au sein de l'association.